Carte des toponymes pouvant signaler
un établissement "barbare".


carte de répartition d'éléments barbares dans la Manche


Carte montrant la possible installation de quelques éléments barbares dans les premiers siècles de notre ère. Tous ces toponymes peuvent signaler des ethnies incorporées dans l'armée romaine en tant qu'auxiliaires (ce que l'on a appelé la "barbarisation" de l'armée romaine, phénomène qui se situe vers la fin du IVe siècle après JC) mais il peut tout aussi bien s'agir d'élément "barbares" installés là lors des invasions. Il ne faut pas oublier que les renseignements toponymiques ne prouvent rien en eux-mêmes, il faut les croiser avec des sources historiques, archivistiques et/ou archéologiques, mais surtout il convient de garder la tête froide et ne pas vouloir à tout prix vouloir rattacher tel ou tel toponyme à de grands événements historiques.


Les Alamans
Peuple germanique. Mentionné pour la première fois en 213, le peuple alaman semble formé de plusieurs peuplades d'où son nom tiré de alle tous et man hommes. Installés sur la rive droite du Rhin, les Alamans incendient Strasbourg en 234, puis lors des invasions de 259 atteignent l'Italie du Nord. Par la suite des contingents d'Alamans sont fixés aux frontiès par Rome. En 352, nouvelle invasion qui menace Trèves (Allemagne, Rhénanie-Palatinat, sur la Mosellle), Julien les écrase près de Strasbourg. On retrouve des éléments de ce peuple à Allemagne (aujourd'hui Fleury-sur-Orne, Calvados) et à Almenêches (Orne).

Les Burgondes
Peuple germanique originaire de la région baltique, il s'installe entre la Vistule et l'Oder puis, au 3e siècle, se dirige vers l'ouest. Au moment des invasions, on le trouve dans la région de Worms (Allemagne, Rhénanie-Palatinat, sur le Rhin). Vers 436, les Burgondes sont aux prises avec les Huns. Aetius transféra le peuple burgonde en Sapaudia (Jura suisse et franšais) vers 443. À partir de là les Burgondes étendirent leur domination jusqu'à la Provence. Depuis le Ve siècle, les Burgondes ont été convertis au christianisme arien. Ils ont deux capitales, Genève et Lyon et se montrent fidèles aux Romains. Grâce à la Loi Gombette édictée par le roi Gondebaud, nous connaissons assez bien la société burgonde et les bonnes relations entre Burgondes et Romains. Si Clovis ne réussit pas à conquérir le royaume burgonde, ses fils l'annexèrent en 534.

Les Maures
De ce nom est dérivé le nom de pays Mauritania, du nom de pays est tiré le nom de peuple Mauretani.
Le pays correspondait au Maroc, plus les provinces algériennes d'Oran et d'Alger. On retrouve des éléments de ce peuple à Mortagne-au-Perche (Orne, 115 km au sud-est de Mortain).

Les Alains
Peuple des steppes. Venus des steppes asiatiques, les Alains sont des nomades. Installés dans le Caucase puis en Pannonie, les Alains participent à l'invasion de 406. Une partie d'entre eux, dirigés par le chef Goar, passe au service des Romains. D'autres se mettent au service des Wisigoths tandis que le gros du peuple passe en Espagne avec les Vandales. Installés par Aetius sur la Loire, les Alains de Goar surveillent les Armoricains, puis, ceux de son successeur Sangiban, aident Aetius à combattre les Huns. Si l'on admet comme exacte l'origine ethnique, il faut bien se garder de négliger une autre possibilité. En effet Alanus (Alain) est un nom assez répandu dès le haut Moyen Age.

Les Basques (Gacogne)
Du latin vasco, Basque ou Gascon. Peuple installé sur les deux versants des Pyrénées. Les rois mérovingiens doivent lutter contre eux. Comme ils progressent et pillent le Toulousain en 585, Dagobert I installe son frère Caribert et le nomme roi d'Aquitaine avec la mission de lutter contre les Basques. Après la mort de Caribert, les Basques reprennent l'offensive en 637.

retour à la page précédente
© Eric Leconte 2003 - Tous droits réservés