Le litus et les villes mentionnées durant l'Antiquité


Ligne de fortifications construites vers 390 de la Flandre au Cotentin et sur la côte anglaise pour empêcher les invasions des Saxons et des Scots. Les troupes frontières (limitanei) ont été remplacées dès la seconde moitié du IVe s. par des mercenaires fédérés, des colons francs et saxons.

Un tribun résidant à Granona in litore saxonico commandait la partie nord-ouest du dispositif. Le système défensif, limité à la Manche et à la Mer du Nord reposait sur quatre points d'appuis : Constantia (appelée Cosedia sur la table de Peutinger, Coutances est renommée Constantia, sûrement au Bas-Empire, en l'honneur d'un empereur du nom de Constance (-Chlore?), ou de Constantin), Rotomago (Rouen), Abrincatis (Avranches) et Granona.
La localisation de ce dernier point d'appui nous est inconnue, voici certaines des propositions :


Guérande, Loire-Atlantique St-Renan, Finistère Granville, Manche
Portbail, Manche Cherbourg, Manche Montmartin-en-Graignes, Manche
Port-en-Bessin, Calvados Graye-sur-Mer, Calvados Grainville, Seine-Maritime


Chacune de ces villes avait un contingent. À Rouen il s'agissait des Ursarienses (de la ville d'Ursaria en Istrie). Le Cotentin était le cantonnement de la Prima Flavia Gallicana Constancia (légion de cavaliers dalmates, portant le nom de l'Empereur Constance Chlore) ; Bayeux, de même que la région autour de Coutances, était défendue par des Lètes Bataves sous les ordres du praefectus laetorum batavorum (et des granonenses?) tous effectifs repliés, on l'a supposé du front danubien et transférés à l'ouest pour colmater la brèche océanienne.

L'organisation de la défense côtière au Bas-Empire nous est connue par la Notitia Dignitatum, qui énumère la liste des troupes stationnées sur le littoral. Parmi celles-ci, sont mentionnés des soldats appelés Abrincaturi, formant une légion de pseudo-Abrincaturi, ces soldats sont définis comme étant intra Gallias cum viro illustri comite et magistro equitum Galliarum. On peut donc en déduire que le corps de troupe constitué à la fois de fantassins et de cavaliers était sous les ordres d'un praefectus militum Dalmatorum Abrincatis. En fait la Notitia distingue deux préfets, l'un est appelé praefectus militum primae Flaviae, Constancia (la I Flavia semble avoir stationné à Coutances de 296 à 400) ; l'autre praefectus militum Dalmatorum, Abrincatis. Enfin, si on localise Grannona dans la Manche, il y aurait eu un troisième préfet : praefectus militum Grannonensium, Grannono, ou bien dans une autre version tribunus cohortis primae novae Armoricanae Grannona in litore Saxonico.





Extraits de la Notitia Dignitatum

boucliers des pseudocomitatenses

Augustani. Fortenses. Alpini. Secunda Julia Alpina


Lanciarii Lauriacenses. Lanciarii Comaginenses. Taurunenses. Antianenses



Pontinenses. Prima Flavia Gallicana Constantia. Martenses. Abrincateni



Defensores Seniores. Mauri Osismiaci. Prima Flavia Metis. Superventores Iuniores


Constantiaci. Corniacenses. Septimani. Romanenses.
représentation des forts du Litus
FL install. comord. PR. Litus Saxoniciani. Blabia







Benetis. Corumosismis. Mannatias. Aleto







Constantia. Rotomago. Abrincatis. Grannono


Sub dispositione viri spectabilis ducis tractus Armoricani et Nervicani :
Tribunus cohortis primae novae
Armoricanae,
Grannona in litore Saxonico.
Praefectus militum Carronensium,
Blabia (Hennebond, Morbihan ?).
Praefectus militum Maurorum
Benetorum, Benetis
(Vannes, Morbihan ?).
Praefectus militum Maurorum
Osismiacorum, Osismis
(Brest, Finistère).
Praefectus militum superventorum,
Mannatias
(Nantes, Loire-Atlantique).
Praefectus militum Martensium, Aleto (Aleth, Ille-et-Vilaine).
Praefectus militum primae Flaviae,
Constantia
(Coutances, Manche).
Praefectus militum Ursariensium,
Rotomago
(Rouen, Seine-Maritime).
Praefectus militum Dalmatorum,
Abrincatis
(Avranches, Manche).
Praefectus militum Grannonensium,
Grannono.




bouclier des Abrincateni bouclier de la Prima Flavia Gallicana Constantia


Emblèmes des Abrincateni et de la I Flavia Gallicana Constantia (détail)





Extrait de la Notitia Galliarum


IN PROVINCIIS GALLICANIS QUAE CIVITATES SINT :
In Provincia Lugdunensi Secunda civitates num. VII :
Metropolis civitas Rotomagensium (Rouen)
Civitas Baiocassium (Bayeux)
Civitas Abrincatum (Avranches)
Civitas Ebroicorum (Evreux)
Civitas Saiorum (Sées)
Civitas Lexoviorum (Lisieux)
Civitas Constantia (Coutances)





Tabula Peutingeriana
La Table de Peutinger


voies romaines


Version allégée de la carte de Peutinger, centrée sur la Normandie actuelle et la Bretagne. Les chiffres romains représentent les distances en lieues gauloises entre deux points, la lieue gauloise équivaut à 2222 m.

  • Coriallo : Cherbourg

  • Alauna : Valognes

  • Crociatonnum : Carentan ? St-Côme-du-Mont ?

  • Cosedia : Coutances

  • Legedia : Avranches

  • Augustodunum : Bayeux

  • Aragenue : Vieux

  • Juliabona : Lillebonne

  • Ratomagus : Rouen

  • Mediolanum Aulercorum : Evreux


  • En Bretagne :

  • Condate : Rennes

  • Fanomartis : Corseul

  • Vorgium : Carhaix

  • Gesoeribate : Brest

  • Reginea : Erquy ?


  • Fl. Liger : la Loire !





  • Extrait de l'Itinerarium Provinciarum Omnium Imper. Antonini Augusti
    Extrait de l'Itinéraire d'Antonin pour les lieux concernant le département de la Manche.


    CXI
    Iter ab Alauna Condate (postea Redones)
    Cosadiae XX (distance en milles romains)
    Fano Martis XXXII
    Ad Fines XXVII
    Condate XXIX

    Extrait de l'Itinéraire d'Antonin mentionnant les îles anglo-normandes.

    III
    In mari Oceano, quod Gallias et Britannias interluit
    Insulae Orcades, num. III.
    Insula Clota in Hiverione
    Vecta. Riduna. Sarmia
    Caesarea. Barsa. Lisia.






    Toponymie et prospection au sol


    La toponymie et la prospection au sol sont de précieux outils permettant de retrouver ou de confirmer l'existence de vestiges archéologiques. Grâce à la combinaison de ceux-ci les historiens projettent des hypothèses pour la localisation possible de tel ou tel camp romain partie intégrante de ce litus saxonicum. Ainsi il est probable que sur la fašade ouest du département de la Manche nous ayons au moins quatre de ces fortifications.


  • Vains :

  • Au lieu-dit Le Grand Dick ou bien Fossé du Diable. Fortification quadrangulaire (250m x 170m soit une superficie de 4,25 ha) entourée par deux fossés. Le plus extérieur au camp était profond de 2,10m et large de 6 m et présentait un profil en V, le second était large de 1,20m et profond de 1m. Un glacis d'une largeur d'1m séparait les deux. Ces caractéristiques font penser à une construction d'origine romaine ayant pour but de loger les cavaliers dalmates protégeant Avranches, dont le castellum de modeste dimension ne permettait pas l'accueil. En revanche, la superficie relativement importante du Grand Dick pouvait certainement abriter plusieurs centaines d'hommes.



  • Carolles :

  • Au lieu-dit les Châteliers. Fortification assez vaste (près de 7 ha), quadrangulaire. Ce camp est une variante de l'éperon barré (promontoire allongé fermé par une levée de terre de 280m environ). Une brèche dans l'angle est peut marquer l'emplacement d'une porte. Le fossé a un profil en V, il est profond de 1,75m et large de 3,50m. Sir M. Wheeler l'a daté de l'âge du Fer et classé parmi les Châteaux-forts de falaise, toujours selon Wheeler il s'agirait d'un oppidum secondaire. Ce qui est certain c'est que les Romains l'occupèrent, puisque de la céramique sigilée y fut retrouvée.



  • Coutances :

  • La Notitia Dignitatum cite Coutances comme étant le siège de la Prima Flavia Gallicana Constantia. Or il existe à quelques kilomètres à l'ouest de la ville, un Camp de César, situé à l'embouchure de la Sienne. Cette implantation hors les murs est tout à fait possible, encore qu'il ne faille pas exclure la présence à Coutances même d'une place fortifiée (comme à Avranches). Nous serions là encore en présence d'une réutilisation au Bas-Empire d'une forteresse préexistante. Ayant à leur disposition une ligne de fortifications qui existait déjà, les Romains l'ont simplement réaménagé.



  • Carteret :

  • Il s'agit là encore d'une vaste enceinte, en forme d'éperon barré, présentant vers la terre un important rempart, à huit kilomètres au nord de Portbail.



    Si la plupart de ces sites sont antérieurs à la présence romaine dans le département il est tentant de les mettre (de part leur situation) en relation avec les routes maritimes commerciales longeant le littoral du Cotentin à la Bretagne. Ceci induirait une sorte de thalassocratie celte, une entente entre les tribus Unelles, Abrincates et Coriosolites. Ces fortifications permettant le contrôle de la route de l'étain. Les îles Cassitérides (îles de l'étain), c'est ainsi que les Grecs désignaient toutes les terres inconnues du nord-ouest de l'Europe produisant de l'étain, mais ce mot désigne sans doute plus particulièrement l'ouest de l'Angleterre et les îles Scilly. Au Ve s. av. J.-C., Hérodote savait que l'étain qui arrivait en Grèce provenait sans doute de ces îles, mais il ignorait où elles étaient situées et quelle était la route de l'étain. Phytéas, un navigateur grec de Massalia au IVe s., disait avoir visité les Cornouailles et les mines d'étain du Mont St-Michel (Angleterre), mais il ne trouva pas créance auprès de tous. Les Phéniciens, depuis leurs colonies de Gadès (Cadix) en Espagne ou de Carthage, furent probablement les premiers à découvrir une route maritime vers les Cornouailles au VIIIe ou au VIIe s. av. J.-C., mais ils ne la dévoilèrent pas, d'où l'ignorance d'Hérodote. Vers 95 av. J.-C., un Romain alors gouverneur d'Espagne, P. Crassus, aurait révélé la route maritime entre les Cornouailles et l'Espagne.



    carte d'implantation de fortifications considérées comme romaine 1 : Le Camp de Carteret
    2 : Portbail
    3 : Coutances
    4 : Le Camp de César
    5 : Carolles
    6 : Le Grand Dick (Vains)
    7 : Avranches

    A : Jobourg
    B : Le Vicel
    C : Octeville l'Avenel
    D : Montebourg
    E : Lithaire
    F : Saint-Jean-de-Savigny
    G : Le Petit Celland


    retour à la page précédente
    © Eric Leconte 2003 - Tous droits réservés